• mathkbg

L’État de droit bafoué lorsquela Police fonctionne avec les moyens des plaignants

Mis à jour : janv. 12

Les faits s’apparentent à une insolite, portant vrais. Des scènes moyenâgeuses sont toujours observées dans des commissariats de la police, lesquelles scènes, remettent en question l’État de droit prôné par le Chef de l’État, Félix Tshisekedi. Dans bon nombre de postes de la police, à Kinshasa ou à l’intérieur, un plaignant remplace l’État congolais. L’Officier de police judiciaire (OPJ) réclame tout au plaignant : papiers pour le procès-verbal ; le stylo ; du crédit, même s’il ne s’agit pas d’appeler. Beaucoup d’autres frais connexes sont encore exigés avant même d’entendre la personne. Le tout se fait avec une lenteur qui frise négligence ; apprentissage et commerce maquillé. Constamment, ce sont des citoyens pauvres et d’un niveau intellectuel moyen qui subissent ce traitement. L’intellectuel lui n’est pas soumis à cette gymnastique. L’OPJ craint certainement que ses forfaits soient portés au grand jour. Par ces pratiques, les Congolais voient d’un mauvais œil l’État de droit partiellement appliqué. De quoi fustiger le fait que la police fonctionne avec les moyens des plaignants. “Et où est l’État dans tout ça ?”, s’interroge un internaute. Les mêmes faits se produisent dans les hôpitaux. “L’argent d’abord, le traitement après”. Si le patient n’a pas de moyens conséquents, il meurt sans avoir pris même pas une seule aspirine, il peut quitter la terre des vivants sans être consulté. De quoi se demander “ où est passé le serment d’Hypocrate “. Les choses s’empirent avec la police de roulage. Chaque jour les Congolais déplorent le comportement “incivique” des roulages qui se disputent le volant avec le chauffeur pendant que le véhicule roule. Même hué par les passants, le roulage crée du scandale aux arrêts de bus, donnant ainsi l’impression de n’avoir jamais été sur le banc de l’école. Leurs tracasseries ont atteint le paroxysme. Cependant, l’instauration effective d’un État de droit est l’apanage de tous, chacun dans sa sphère. Mais l’État doit aussi sévir les contrevenants. C’est cela aussi l’État de droit. Les responsables de la Police doivent rééduquer les “ brebis galeuses “ qui font la honte du pays. Le Ministère de la santé doit aussi veiller et punir pour les faits dénoncés.

Posts récents

Voir tout

La RDC occupe la 9e place

Classement des pays africains les plus attrctifs pour l’investissement Le monde s’y attendait le moins, mais c’est arrivé : la République démocratique du Congo (RDC) est classée 9e pays africain le pl

La très généreuse Denise Nyakeru

Derrière un grand homme, il y a toujours une grande dame. Denise Nyakeru est toujours à côté et dans les pensées de son mari Félix Antoine Tshisekedi. Autant dire qu’elle est non seulement une alliée