• King KITOKO

L’heure du « Peuple d’abord »


S’il faut résumer, en un seul mot, le bilan de sa première année, certains observateurs évoquent « le peuple ». Et au président luimême d’ajouter « le peuple d’abord ». Un slogan de campagne électorale devenu la vision qu’il a imprimée dans la marche de la République. « L’intérêt du peuple continuera à constituer le fil conducteur de toutes les actions que je vais mener durant mon mandat », avait déclaré, samedi 2 mars, lors de la présentation de son programme d’urgence de 100 jours, le Président de la République. Concrètement, le chef de l’Etat a axé sa politique sur « l’intérêt du peuple ». Même ses conditions sociales n’ont pas, jusqu’ici, rencontré les attentes, il y a lieu de souligner quelques actions ayant jeté les bases du vœu du parti au pouvoir (UDPS) : mettre en place un « Etat des droits ». C’est dans cette optique que le bilan du Président de la République peut Point sur relever d’abord, la quiétude sociale. Depuis son avènement au pouvoir, la distance entre le président et le peuple s’est considérablement raccourcie. Cette politique de proximité a permis qu’un vent du renouveau social puisse souffler. Ainsi, le président peut-il stopper son cortège pour échanger directement avec les grévistes ou les manifestants. Fait rare plutôt rarissime durant les dernières décennies. Le peuple d’abord sera marqué par la concrétisation de l’article 43 de la Constitution du pays. Le Chef de l’Etat a, malgré le pessimisme des fins analystes économiques, lancé la gratuité de l’enseignement primaire. Un ouf de soulagement pour plusieurs parents qui voient l’Etat reprendre ses responsabilités. Ici, l’Etat a pris en charge tous les frais de scolarité que les parents ont jusqu’ici payés. Finie la prise en charge des enseignants par les parents. Cette mesure a été bénéfique pour beaucoup de Congolais. Non seulement que plusieurs parents ont poussé un ouf de soulagement, mais environ 2.500.00 enfants en âge de scolarité ont eu la chance de prendre le chemin de l’école dont ils étaient exclus. Les enseignants, quant à eux, ont vu leurs rémunérations réajustées même si certains se sont vus perdre quelques avantages. La gratuité suppose la surpopulation des écoles. Le programme du Gouvernement a prévu ainsi la construction et l’équipement de 10.000 salles de classe dans les premiers mois de 2020. Déjà, le programme des 100 jours a pu doter le pays de 132 écoles sur les 150 prévues et concernées par la réhabilitation ou la construction.

Posts récents

Voir tout

La RDC occupe la 9e place

Classement des pays africains les plus attrctifs pour l’investissement Le monde s’y attendait le moins, mais c’est arrivé : la République démocratique du Congo (RDC) est classée 9e pays africain le pl

La très généreuse Denise Nyakeru

Derrière un grand homme, il y a toujours une grande dame. Denise Nyakeru est toujours à côté et dans les pensées de son mari Félix Antoine Tshisekedi. Autant dire qu’elle est non seulement une alliée