• Jules SITUA SENDWA

Silence, Kabila et Tshisekedi au point d’achèvement

Mis à jour : janv. 20


L a rentrée parlementaire de la session ordinaire de septembre a eu lieu mardi 15 septembre 2020 à l’Hémicycle du Palais du peuple. Certains observateurs ont parlé d’une session de tous les enjeux et de tous les dangers. Une peur tout à fait justifiée, vu les attitudes, gestes et propos des uns et des autres. L’implicite a eu à affoler. Pour en avoir le cœur net, il suffisait de voir au-delà du rideau les deux rencontres tenues dimanche 13 septembre. Le Président de la République de Kingakati avait réuni dans sa célèbre ferme ses lieutenants. Même si rien n’avait filtré de cette messe, les fins limiers estiment qu’il s’agissait entre autre de peaufiner des stratégies pour amortir la fureur de l’allié. Dans l’autre camp, l’autorité morale du CACH avait lui aussi, réuni tard la nuit ses proches à la Cité de l’Union africaine. Les non-dits de la communication continuent à révéler que les partenaires de la coalition au pouvoir ont pris très au sérieux les menaces qu’ils se profèrent par des personnes “satellites”, ces communicateurs utilisés pour le besoin de la cause et qui apprennent sur le tas à communiquer. En analysant froidement le climat au sein de la coalition, tous les signaux indiquent que quelque chose se prépare. La guerre est donc latente, livrée par l’intermédiaire des acolytes. L’hypocrisie qui a toujours caractérisé les relations de deux partenaires peut éclater au grand jour à tout moment.

Au Front commun pour le Congo (FCC), les caciques misent sur leur majorité parlementaire pour mettre le Chef de l’État en accusation, pensentils, pour haute trahison. Théodore Ngoy ne racontait pas sa vie en parlant de violation de la Constitution par Félix Tshisekedi. Il n’a fait qu’inaugurer le rouleau compresseur inexorable du processus de destitution. Sur ce point, les cadres du FCC sont divisés. Les modérés disent clairement que cette procédure est périlleuse et intenable dans le contexte actuel. Cependant, les plus radicaux et optimistes n’y voient aucun inconvénient et embûche. C’est la seule voie légale brandie pour évincer Tshisekedi qui “ commence à gêner “. A malin, malin et demi Au CACH, ils se disent posséder quelques marges de manœuvre pour neutraliser le partenaire au passé “ peccamineux”. Ils évoquent la dissolution du Parlement et peuvent coincer le FCC en retardant le remplacement de Tunda ya Kasende, le temps de régler le compte et accélérer certains dossiers judiciaires. Au niveau de la Cour constitutionnelle, Félix Tshisekedi semble avoir le contrôle. Ce qui amenuise les chances du projet de mise en accusation du Chef de l’État. Qu’à cela ne tienne! Le vrai enjeu actuellement entre Tshisekedi et Kabila, c’est autour du contrôle de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Le Président de la République a gelé la dissolution du Parlement, parce que c’est la même CENI qui organiserait les élections dans les soixante jours qui suivent la dissolution. “ Il faut temporiser, en attendant la réforme de la CENI”, affirme un proche de l’Udps. Le Candidat Ronsard Malonda (FCC) appartient déjà au passé. Les confessions religieuses s’activent à en désigner un autre. Entre temps, Sony Kafuta est éjecté de la présidence de l’église de réveil du Congo (ERC). Tout était mis en œuvre pour son départ, lui qui soutenait Malonda Ronsard. Son remplaçant, prophète Dodo Kamba, est ce pasteur qui avait prophétisé la victoire de Félix Tshisekedi déjà en 2017. Tout se joue à ce niveau-là. Même si la Cenco est inféodée à Lamuka, il faut gagner des membres devant désigner le prochain remplaçant de Corneille Naanga. Et Fatshi se bat sans relâche, en face du FCC qui tient à maintenir sa main mise sur la centrale électorale. Au FCC comme au CACH, l’avenir de l’un comme de l’autre est subordonné par le fait de subjuguer la CENI. C’est ici qu’il faut de l’intelligence et de la finesse, car il s’agit de la survie politique. Le combat livré et perdu par Ruberwa contre Kankonde pour piloter le recensement de la population, en est un des signes avant-coureurs. Cette perte a poussé le FCC à sortir de sa réserve pour réclamer des discussions dans la nomination des animateurs de la territoriale. Le CACH signe et persiste : la territoriale a été et est l’apanage du ministère de l’Intérieur et non de la décentralisation. Déjà au niveau des nominations territoriales, ça barde. La Kabilie, MP à l’époque qui ne partageait ce privilège avec aucun de ses partenaires, réclame au CACH un large consensus avant de nommer. Pour la survie de l’un comme de l’autre, la guerre entre Tshisekedi et Kabila se joue sur de petits détails. Elle s’apparente à un combat de boxe d’une dizaine de rounds. Ce dernier est méticuleux.

Posts récents

Voir tout

La RDC occupe la 9e place

Classement des pays africains les plus attrctifs pour l’investissement Le monde s’y attendait le moins, mais c’est arrivé : la République démocratique du Congo (RDC) est classée 9e pays africain le pl

La très généreuse Denise Nyakeru

Derrière un grand homme, il y a toujours une grande dame. Denise Nyakeru est toujours à côté et dans les pensées de son mari Félix Antoine Tshisekedi. Autant dire qu’elle est non seulement une alliée